Un peu d'histoire...
Un peu d'histoire...

La thérapie par les cristaux n'est pas une nouvelle méthode de guérison ou une solution alternative. La lithothérapie est vieille de plusieurs milliers d'années. On retrouve des preuves de l'utilisation des minéraux pour soigner les maladies chez les plus anciennes civilisations. On leur prêtait également des vertus protectrices et talismaniques, et on les utilisait pour éloigner les mauvais esprits.

Des amulettes, des talismans et des symboles en cristal ont régulièrement été retrouvés dans des sépultures préhistoriques. Ces objets étaient considérés comme nécessaires pour assurer la tranquillité des défunts. Le continent légendaire de l'Atlantide (50 000 av. J.-C.) occupe également une place importante dans la tradition des pierres naturelles.

Les cristaux de l'Atlantide étaient utilisés pour communiquer, stocker de l'énergie et fournir de la lumière et de la chaleur. Les Atlantes conservaient également des archives secrètes dans les cristaux de quartz. Ils pensaient ainsi s'assurer que ces données resteraient intactes à jamais, sans risque de destruction par le temps ou par une éventuelle catastrophe naturelle.

Les écrits sumériens et les textes védiques indiens (4 000 av. J.-C.) font état de l'utilisation de cristaux pour la guérison. La médecine naturopathique védique est connue sous le nom d'Ayurveda. L'Ayurveda utilise en outre la guérison par les cristaux sous forme d'élixirs, de pâtes et de poudres à base de pierres précieuses.

Dans le premier livre médical chinois, écrit il y a 5 000 ans par Shen Nung, l'empereur rouge, on trouve des descriptions détaillées sur les pierres fines et leur influence sur le corps humain.

Dans la Bible, les cristaux sont mentionnés plus de 200 fois. Il existe des instructions précises sur les pierres à utiliser dans la cuirasse que Dieu avait demandé à Moïse de fabriquer pour le prêtre Aaron.

En Égypte, la tombe de Toutankhamon témoigne de la vénération avec laquelle les anciens Égyptiens considéraient les bijoux. Ils croyaient qu'en plus d'indiquer la richesse et la majesté du pharaon, les pierres possédaient des charmes mystiques pour le protéger dans l'au-delà. Le sarcophage de Toutankhamon était fait de quartzite. Dans les bandages de lin qui enveloppaient son corps se cachaient 143 amulettes ornées de pierres précieuses.

Au 12e siècle, Hildegarde Von Bingen (1098 - 1179) a rédigé la Physika, qui traite des pierres de manière exhaustive. Cette sage femme a développé des méthodes de guérison entièrement nouvelles à l'aide de pierres précieuses. Paracelse (1493-1541) a publié un livre sur les minéraux dans lequel il fait la distinction entre les formules chimiques et les pouvoirs élémentaires qui résident dans les pierres.

De célèbres médecins et érudits grecs, romains et arabes ont décrit le pouvoir des pierres précieuses, qui jouaient un rôle important dans leurs méthodes de guérison. Au Moyen Âge, un livre a été publié, intitulé Liber Lapidu seu de Gemmis, qui donnait un aperçu de soixante pierres précieuses et de leurs propriétés thérapeutiques.

Ce livre a été un best-seller et a été traduit en quatre langues. Il a connu quatorze éditions et a été publié de 1511 à 1799.

En Amérique, les Mayas et les Indiens utilisaient les cristaux pour diagnostiquer les maladies et les guérir. Les Indiens de la tribu Cherokee utilisaient également les cristaux pour la divination.

Les guérisseurs des tribus amérindiennes prétendaient pouvoir prédire l'avenir en regardant dans les profondeurs de grands cristaux à facettes, tout comme les voyants d'aujourd'hui regardent dans les boules de cristal. Les Mayas utilisaient également des plaques d'obsidienne pour prédire l'avenir.

Tous les articles

Commentaires ()

Laisser une réponse

* Nom :
* E-mail: (Non publié)
   Site web : (url du site avechttp://)
* Comment:
Capcha